Venez courir avec nous
 

2 visiteur(s) et 0 membre(s) en ligne.
Devenez membre privilégié en cliquant ici
Recherche


 

vendredi 19 octobre 2018
 Lettre d'information



Votre adresse E-mail



Recevez par mail les nouveautés du site.



Accueil Connexion Mel : /  Déconnexion Soumettre un article  Aide

Posté le Mardi 07 novembre 2006 @ 00:07:33 par amscap Contribution de : Montmartre
CR d'autres coursesSemi-marathon du Cognac - 4-11-06

Puisque les Amscapiens vont se balader sur différentes courses à travers la France ces jours-ci, je profite d’un raid sur une région de France que je ne connais pas : la Charente avec Jarnac et Cognac pour le marathon (et semi et 10 km) de Cognac. J’opte pour le semi, tout comme Daniel, Bruno, Jean-Michel et Christian dit l’ours mal léché.


Je fais bande à part cette fois-ci, une fois n’est pas coutume, et ne rejoins le groupe que le samedi matin avant le départ de la course. J’ai testé pour vous le Mercure Cognac (l’hôtel, pas une nouvelle marque de la boisson locale…), histoire d’être fraîche et dispo le matin de la course. Le côté positif, c’est la proximité de l’hôtel avec la ligne de départ de la course (10 mn de trajet en voiture). L’inconvénient c’est que cet hôtel n’a absolument pas le standing d’un Mercure même au niveau miam-miam, sûrement une autre enseigne l’a-t-elle précédé sans qu’aucun changement n’ait été effectué par le nouveau proprio. Enfin les prix étaient-ils abordables, on ne peut pas tout avoir.

 
L’accueil lors du retrait des dossards est chaleureux et tout est bien organisé. Outre le traditionnel t-shirt (très sobrement marqué « Marathon du Cognac », sans date ni autre pub), je récupère une bouteille de vin rouge commémorative du marathon, une flasque de Pineau des Charentes et une petite bouteille scellée d’un cocktail obscure + une nouvelle puce électronique sous forme de brassard/ »chevillard » avec velcro à mettre à la cheville gauche (très facile à enlever et retirer) + un bracelet caoutchouc estampillé Marathon du Cognac et la paperasse habituelle. Nous sommes vraiment gâtés.

 
Donc départ de l’hôtel à 8h30 pour Jarnac. Nous croisons un clown en train de s’habiller dans l’ascenseur, il risque d’être en retard pour le départ du marathon à 9h. Il fait 2°C à l’extérieur mais un temps magnifique s’annonce. L’important c’est de prendre le départ pour se réchauffer en courant.

 
Quelques personnes déguisées égaient la ligne de départ du marathon : un christ avec pour seule tenue un slip kangourou blanc, des gants, des chaussures et bien sûr sa croix rédemptrice ; quelques forçats ; plusieurs clowns, un garçon de café avec un chapeau plateau rempli de verres et d’une bouteille, le tout heureusement superglués pour ne rien perdre en cours de route, entre autres.

 
J’ai le temps de m’échauffer et de me réchauffer avant le départ du semi à 9h25. Je croise Daniel, Jean-Michel et Bruno prêts à partir et à affronter cette route à travers les vignes. Le départ se fait quelques minutes plus tard.

 
D’autres personnes déguisées sont également au RV pour le semi : deux diables dont l’un en justaucorps et immense de grappe de raison pour cacher les parties intimes (c’est un diable ou bien Bacchus ?, mais non il a des cornes de diable) ; des jardiniers ; encore des clowns et une joyeuse équipe de mineurs aveyronnais qui poussent à tour de rôle un wagonnet rempli de charbon (heureusement pour eux, juste la partie supérieure).

 
9h25 : le départ est donné avec 10 minutes de retard et c’est parti sur les quais de la Charente pour quelques centaines de mètres avec bifurcation. Un des coureurs essaie bien de donner de la voix pour mettre un peu d’ambiance mais tout reste silencieux. On n’entend que le bruit des pas et quelques messes basses. Nous parcourons Jarnac pendant quelques minutes puis tout de suite à la sortie de la ville, nous nous retrouvons au milieu des vignes. A gauche, à droite. Devant, derrière, le peloton s’étire déjà loin. Tout le monde me dépasse mais je m’en fiche. Je suis partie en tête de peloton, comme ça je verrais les autres Amscapiens me rattraper (en fait je ne verrais que Daniel et Bruno). Le peloton est surveillé par des motards sur des quads (motos à 3 ou 4 roues). Je papote un peu avec eux sur le parcours.

 
Le temps est magnifique mais avec un vent frais surtout quand il est de face, c’est-à-dire tout le temps. Vignes et champs à perte de vue quand nous nous trouvons sur les hauteurs des villages traversés. Je papote avec mes chers compagnons de route : les mineurs, puis d’autres équipes qui s’arrêtent toujours aux ravitos pour mieux me rattraper et me dépasser ensuite. Tout cela se fait dans la bonne humeur. Les animations musicales et l’enthousiasme des passants ou autochtones sont plutôt rares mais on arrive à faire sans. Je n’ai pas envie de sortir ma petite radio pour me tenir compagnie. Je profite du paysage et j’enchaîne les kilomètres les uns après les autres. Je passe le km 10 à 1h05 et le 14km à 1h30. Tout semble aller bien jusqu’à maintenant. Nous passons devant quelques curiosités : des sculptures en pierre, le dolmen et le château de Garde-Épée, le golf de Cognac. J’apprécie particulièrement les panneaux d’encouragement qui sillonnent le parcours, plantés par des particuliers ou bien par l’organisation de course, surtout : « Au bout de la ligne droite, la délivrance ». Puis la grande descente avant le ravito campagnard du 10km et quelques (vous savez quand on dit ravito au km 10, puis juste après le panneau km 10, un autre panneau indique « ravito dans 500 m », puis vous croisez d’autres personnes qui vous disent beaucoup plus loin, « allez, encore 500 m c’est le ravito », de quoi vous faire détester le dernier km et le manque de précision des évaluations métriques des personnes déjà arrivées…). L’animatrice très énergique de ce ravito est jonchée sur une barrique et accueille chacun des coureurs par un petit mot personnalisé, c’est agréable. Un verre de cola et quelques fruits secs et c’est reparti, je laisse aux autres les canapés fins.

 
Nous traversons la cour d’un château vers le km 16/17 je crois. Malheureusement, je ne vois que la route d’accès avec une pente assez forte et pas de château (à explorer une prochaine fois). Et toujours cette route bitumée que l’on prend depuis le début de la course. Je pensais que l’on courrait au milieu des vignes comme du semi des vignobles d’Alsace à Molsheim en juin dernier, mais non. Cette route bitumée, désespérément. Je continue à papoter par-ci, par-là avec un marathonien de Chicago (qui a trop présumé de ses forces en voulant faire le marathon de Cognac et qui se retrouve sur la fin du semi), toujours mes mineurs. Soudain une camionnette se fraie un passage avec plusieurs motos. Ils ouvrent la voie aux deux premiers marathoniens. Je suis surprise de les voir, normalement ils devraient déjà être arrivés. Je saurai plus tard qu’ils franchiront la ligne d’arrivée main dans la main en 2h40. Nous nous retrouvons de nouveau à Jarnac, il reste deux kilomètres. Nous passons devant un entrepôt de cognac. Les organisateurs ont eu la bonne idée d’organiser une dégustation à l’entrée de l’entrepôt et surtout d’ouvrir les portes de cet entrepôt pour que la course passe au milieu des fûts entassés les uns sur les autres. C’est très impressionnant. Nous faisons un petit tour à l’intérieur et ressortons aussitôt pour rejoindre les quais de la Charente et la ligne d’arrivée.

 
Je finis la course en 2h21. Je reste dans mes temps. Je me sens bien, je pensais avoir plus de douleurs aux genoux ou aux mollets mais tout va bien. Un des mineurs m’embrasse et me met du charbon sur la figure. Tout est dans la bonne humeur. Du bouillon de bœuf chaud et un ragoût de bœuf, chaud également, nous attendent pour nous réchauffer.

 
Je retrouve Bruno, Daniel et Chritian à l’arrivée mais aucune trace de Jean-Michel. Se serait-il laissé tenté par les dégustations offertes par le village du marathon ? Je suis malheureusement obligée de les laisser profiter du gueuleton d’après course seuls, d’autres aventures m’attendent mais cette course m’a bien plus et aurait méritée quelques chemins de terre à se mettre sous la dent, pardon le pied.




Liens Relatifs

"Semi-marathon du Cognac - 4-11-06" | Se connecter / Créer un compte | 4 Commentaires
Seuil

Les Commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.

destockchine (Score obtenu : 0)
par Amscap le Lundi 07 janvier 2013 @ 05:49:39
[ Répondre ]


casquette eroik (Score obtenu : 0)
par Amscap le Mercredi 27 mars 2013 @ 17:16:48
[ Répondre ]


Tous les Logos et Marques sont déposés, les commentaires sont sous la responsabilité de ceux qui les ont publiés, le reste : amscap@gmail.com
Ce site a été construit avec NPDS, un système de portail écrit en PHP. Ce logiciel est sous GNU/GPL license.