Venez courir avec nous
 

4 visiteur(s) et 0 membre(s) en ligne.
Devenez membre privilégié en cliquant ici
Recherche


 

mardi 17 juillet 2018
 Lettre d'information



Votre adresse E-mail



Recevez par mail les nouveautés du site.



Accueil Connexion Mel : /  Déconnexion Soumettre un article  Aide

Posté le Samedi 30 décembre 2006 @ 15:16:50 par amscap Contribution de : Dom
CR d'autres courses2ème Raid Dogon : Du 20 au 27 novembre 2006
Course au Mali, dans le pays Dogon
5 étapes de 19 à 25 km, le long de la falaise de Bandiagara.
Prochaine édition du 19 au 26 novembre 2007.

image002.jpgPour la seconde année, me voici ce 20 novembre 2006 à 3h30 à Roissy, prête à vivre de nouvelles aventures maliennes le long de la magnifique falaise de Bandiagara. Dans mon sac, un minimum de vêtements, un sac de couchage, une moustiquaire, quelques tablettes de Savarine et une dizaine de T-shirts de courses qui vont faire des heureux…

L‘organisateur, Jean-Pierre POIDEVIN, ultra-fondeur confirmé amoureux de l’Afrique, arrive tout sourire. Christian GINTER, lui aussi bien connu dans le milieu du grand fond (il s’apprête à se lancer sur son 20ème Marathon des Sables) viendra compléter notre trio de GO dont la mission consiste à encadrer 25 coureurs venus des quatre coins de l’hexagone, pour une course de 5 étapes à travers le pays Dogon. Un médecin, un photographe et une «camérawoman» sont également du voyage.


Ils sont là nos coureurs, errant dans l’aéroport, anonymes dans ce groupe qui n’est pas encore formé. Ils viennent du Jura, de la région bordelaise, de l’est, du Poitou, de Paris et d’ailleurs. Ils ont les traits tirés en cette heure matinale, et l’anxiété est déjà palpable. C’est pour la plupart d’entre eux un rêve qui va se réaliser après avoir été séduits par quelques articles parus dans la presse spécialisée l’année dernière.


Arrivée à Mopti vers midi. Je retrouve la chaleur, la poussière, et une nuée de visages ébènes qui écarquillent les yeux pour repérer un client potentiel à qui caser un collier ou un tissu. Le panneau «Raid Dogon Point Afrique» s’agite et voici des visages connus: Bogoum, le solide guide au rire tonitruant, Moussa le chauffeur farceur, Ibrahim le (vrai)Touareg , as du maniement du 4X4. Accolades...ça fait plaisir…et la famille, ça va??? ça va…


Nous nous entassons dans un vétuste autobus et nous rendons dans une auberge pour le déjeuner. Jean-Pierre et Christian s’éclipsent pour commencer le balisage de la 1ère étape du lendemain. Des points roses avec une peinture qui s’efface au soleil et de la Rubalise qui sera retirée au fur et à mesure de l’avancée de la course par Christian, l’homme -balai au grand sac à dos. Quant à moi, mon rôle consistera à installer les zones d’arrivée et de départ, chronométrer la course et afficher quotidiennement les résultats (étapes et général).


Nous repartons pour le premier campement. Les coureurs veulent du change, ils ont confié des euros à Ali, l’un de nos guides, qui doit leur procurer des francs CFA. Nous nous arrêtons donc à mi-parcours pour une durée…indéterminée. «Vous avez des montres et nous, on a le temps» dit un proverbe. Il faudra nous y faire. Ici on vit à l’heure africaine.

Une visite de village est prévue cet après-midi mais le temps passe…!!! Ali revient au bout …d’un certain temps, et nous pouvons redémarrer. La nuit tombe vite et quelques coureurs sont visiblement fatigués. Il n’y aura d’ailleurs aucun volontaire pour la visite du village… Demain, lever à 5h30 pour la première étape.


image004.jpgLes journées suivantes seront toutes sur le même modèle: Une étape le matin, longue de 19 à 25 km, chacune ayant son charme, ses particularités, comme s’en étonneront agréablement les coureurs à l’arrivée. Pistes, sable, brousse, traversées de villages Dogons ou Peuls, sous les yeux étonnés des habitants: Mais qu’ont-ils donc fait tous ces gens pour courir comme ça? Les enfants s’en donnent à cœur joie, s’élançant souvent main dans la main avec ces Toubabs bizarres qui s’arrêtent parfois pour les photographier…


Les écarts se creusent au fur et à mesure que la course progresse. Un groupe commence à se détacher. Le vainqueur des premières étapes va se faire littéralement exploser par les 3 Jurassiens qui se la jouent course en équipe, comme au Tour de France. Au milieu du peloton, les coureurs adoptent un rythme tranquille tout en essayant de maintenir leurs positions. Parmi eux, les premières féminines. L’une d’elles fera quelques kilomètres de trop lors de la première étape, en perdant son chemin, et ne pourra jamais revenir au classement sur sa challenger malgré ses tentatives…Un beau combat! Et derrière, ceux qui sont venus pour la balade…C’est une course à allure libre, pas de temps limite, un coureur régulier peut donc se lancer dans l’aventure, même s’il n’est pas particulièrement rapide, et alterner marche et course…


Dès l’arrivée d’étape, c’est douche, lessive, repos et farniente dans les camps. Eau à volonté mais aussi sur demande bières, sodas ou jus de fruits…Il n’y a plus qu’à se prélasser sur des matelas, bien à l’ombre en attendant l’heure du déjeuner. Puis ensuite, sieste obligée jusqu’à ce que la chaleur tombe un peu.

Vers 15h30, récupération facultative en visitant les villages Dogons, tout en hauteur, avimage006.jpgec Seydou, charismatique guide en tenue locale qui ne se lasse pas d’expliquer les rites et traditions de son peuple. Nous parcourons des passages étroits et escarpés, parsemés de ces drôles de petits greniers semblant sortir d’un livre de contes pour enfants: Deux yeux, un nez, une bouche, et un chapeau pointu, on serait à peine étonnés de les voir s’éloigner en se dandinant…


Lorsqu’on rejoint notre camps de base, environ 2 heures plus tard, la nuit commence déjà à tomber. C’est le moment de «faire affaires» avec les vendeurs de statuettes, masques, bijoux, tissus, et autres objets artisanaux qui s’étalent dans l’enceinte des camps, mais aussi à l’extérieur. Ils sont allés dans les villes voisines, en mobylette ou en charrettes, pour chercher du stock après avoir évalué le nombre de clients potentiels, et nous attendent de pied ferme. Le marchandage est obligatoire. C’est une tradition incontournable. Et si on peut y ajouter un peu de troc, un t-shirt, une paire de chaussures, une montre, le plaisir est encore plus grand. Le temps de faire quelques emplettes, de se faire quelques nouveaux amis, d’échanger quelques adresses et c’est l’heure du dîner. Rapide briefing sur l’étape du lendemain et tout le monde va se coucher soit sous la tente, soit à la belle étoile. Vers 20h30, il n’y a plus personne…


25 novembre, c’est déjà la dernière étape. La banderole d’arrivée se trouve en pleine brousse. 2 grandes tentes ont été préparées pour abriter les coureurs de la chaleur. Un vendeur de boissons fraîches, sorti d’on ne sait où, fait le bonheur de tous.


Puis nous nous répartissons dans les 4 X4 pour rallier Douentza où nous attend un hôtel plus confortable que les camps sommaires de ces derniers jours. Adieu les typiques petits villages, c’est déjà presque la ville. Le lendemain, nous repartons pour Mopti pour la soirée de clôture et la remise des prix, après un déjeuner au restaurant et une balade en pinasse sur le fleuve Niger.


Le lundi matin sera consacré à une visite libre de la grande ville, ses rues, sa mosquée, son marché, ses petites boutiques recelant mille trésors pour dépenser les derniers CFA. Puis c’est l’attente à l’aéroport et le retour dans le froid.


Vivement 2007 que j’y retourne.

Vivement 2008, que j’y coure.

Si vous recherchez une belle course, doublée d’une vraie aventure humaine, si l’Afrique vous fait rêver, il vous reste 1 an pour vous préparer.

Je suis à votre disposition pour toute question concernant le Raid Dogon 2007


Pour joindre Jean-Pierre POIDEVIN l’organisateur:

Photos, classement, renseignements.







Liens Relatifs

"2ème Raid Dogon : Du 20 au 27 novembre 2006" | Se connecter / Créer un compte | 1 Commentaire
Seuil

Les Commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.

Destockchine (Score obtenu : 0)
par Amscap le Lundi 07 janvier 2013 @ 11:44:34
[ Répondre ]


Tous les Logos et Marques sont déposés, les commentaires sont sous la responsabilité de ceux qui les ont publiés, le reste : amscap@gmail.com
Ce site a été construit avec NPDS, un système de portail écrit en PHP. Ce logiciel est sous GNU/GPL license.