Venez courir avec nous
 

2 visiteur(s) et 0 membre(s) en ligne.
Devenez membre privilégié en cliquant ici
Recherche


 

mardi 23 janvier 2018
 Lettre d'information



Votre adresse E-mail



Recevez par mail les nouveautés du site.



Accueil Connexion Mel : /  Déconnexion Soumettre un article  Aide

Posté le Mercredi 31 mars 2010 @ 10:35:36
par : amscap
Ecotrail de Paris Ile de France 20 mars 2010

L’Ecotrail de Paris  serait elle une course à handicap ? Dans les brumes de l’effort et en pleine averse, je me suis posé cette question après la 7° heure de course et je vais essayer de le démontrer........



Samedi 20 mars 2010, 12H30 le départ va être donné aux 1500 participants de la 3° édition de l’Ecotrail Paris Ile de France. Le temps est bien dégagé, l’ambiance au beau fixe, l’animateur a annoncé le palmarès des champions, la sono est à fond, les coureurs sont tellement impatients de partir qu’il y a même un faux départ ………

 

Jusqu’au 1° pointage et ravitaillement au 21° km  pas de handicap, chacun est à son niveau, les champions filent loin devant, le peloton suit sur un parcours plat , c’est l’ambiance du semi marathon , je passe en 2heures 05 minutes , il est 14H35’ ; 6minutes de pause pour refaire le plein d’eau et souffler et ça repart.

C’est là que ça va commencer à se gâter et que la notion de handicap va  prendre son sens voici les COTES !

La  1° sérieuse dès le 22°km et il va y en avoir comme ça une trentaine jusqu’au 70°, pas longues mais très pentues, cassantes, grosses consommatrices d’énergie et bien sur après chaque montée il y a une descente …… 1° handicap pour ceux qui n’ont pas  une préparation pour ce type de parcours et surtout qui sont justes en ravitaillement car le suivant n’est qu’au 53°, donc 32 km en autosuffisance.

 

2° pointage et ravitaillement au 53° dit « le bienvenu » après 6heures 7 minutes de course. 4heures pour faire ces 32km ; il est 18H37’. Bon là on souffle un peu plus, plein d’eau et de sucre, changement de maillot ( on verra que c’est inutile mais c’est psychologique) un peu de sel ( fromage et saucisson ) et ça repart après 11 minutes d’arrêt , il ne faut pas que la machine refroidisse.

Bon la routine, les côtes , les descentes ,  quelques plats pour récupérer , on passe de la forêt de Meudon au domaine de Fausse repose , tranquille.

Et puis arrive le 2° handicap, la NUIT vers 19H – 19H30.

Loin devant les 25° sont arrivés,  ils auront fait tout le parcours de jour ! Et derrière eux les lampes frontales s’allument. Courir dans les bois de jour c’est sympa, mais de nuit sans trop voir on mettre les pieds tout en surveillant les rubans balises espacés de 50 mètres c’est aussi du sport !

D’ailleurs les pointages se rapprochent histoire de ne pas  perdre trop de coureurs dans les bois.

 Déjà le 3° pointage au 63° km mais il aura fallu 1heure 37 minutes pour faire 10km, y a pas l’obscurité ça casse le rythme ! Un arrêt de 6minutes pour faire le plein de soupe et hop, faut y aller ,il est 20H 30’.

A l’autre bout de Paris ce soir là il y a un certain France Angleterre, vous avez remarqué il pleuvait ! Et bien à l’ouest c’était pareil !

Et oui 3° handicap la PLUIE ! des averses bien mouillantes (d’où l’inutilité de changer de maillot) et bien drues à ne plus voir que les quelques mètres devant soi dans la nuit , heureusement de ci de là il y a des lampes qui s’agitent on se sent moins seul ! Ca va durer une bonne quarantaine de minutes histoire d’atteindre bien trempé de la tête aux pieds ( ce n’est plus la peine d’éviter les flaques) le 4° pointage au 69° km.

Un bref ravitaillement en 4minutes, ça sent l’écurie , il est 21H12’.

Encore 1 km et là le spectacle du haut de la corniche du parc de Saint Cloud, les lumières de Paris et la tour Eiffel là tout près ! Enfin presque, plus que 10km. C’est au moins ça que les premiers n’auront pas vu !

Les 10 derniers sont plus « tristounés » , le parcours semble soudain monotone , c’est plat, sur cette partie de bord de Seine qui n’est pas très jolie et puis la fin approche…début de nostalgie … déjà c’est le pont Mirabeau l’entrée dans Paris , puis Grenelle , Bir Hakeim et enfin Iéna et la montée des marches comme à Cannes ! Car il y a des spectateurs qui applaudissent !!!

D’abord celles qui mènent au pied de la Tour et puis l’instant savoureux la montée au 1° étage, à cet instant il n’y a plus de fatigue, juste le plaisir d’être enfin arrivé à ce moment !

300 marches, des paliers, prendre le temps de regarder devant derrière de tous les côtés et enfin franchir la ligne , il est 22H 34’ , ça fait 10heures 4 minutes que je suis parti !

 

Alors maintenant quelques chiffres : 25 coureurs ont fini en moins de 7H30, ils n’auront pas vu ni la nuit ni la pluie, bon d’accord ils courent vite mais est ce un handicap pour des champions ?

69 ont fini avec 1 heure de nuit, 180 avec 2 heures de nuit et un peu de pluie , 298 avec 3 heures de nuit et beaucoup de pluie , 350 avec 3 heures de nuit et idem pluie ,et 322 avec 4 heures et idem pluie.

S’il y a des amateurs de maths à l’AMSCAP je pense qu’on peut en tirer un modèle sur l’influence de la nuit avec le facteur majorateur de la pluie sur les temps de course de l’Ecotrail.

 

JP


Votre nom : Amscap [ Nouveau membre ]
Sujet :


Commentaire :

HTML autorisé : <p> <b> <i> <a> <em> <br> <strong> <blockquote> <tt> <li> <ol> <ul>
-
 Article du Jour

Il n'y a pas encore d'Article du Jour.

Tous les Logos et Marques sont déposés, les commentaires sont sous la responsabilité de ceux qui les ont publiés, le reste : amscap@gmail.com
Ce site a été construit avec NPDS, un système de portail écrit en PHP. Ce logiciel est sous GNU/GPL license.